Le régime sans résidus

Voici une diète que les vegans, végétariens et autres paléos seraient bien en peine d’adopter…

pampa23b

Recommandé le plus souvent avant un examen de type coloscopie, il sert à ralentir le transit et permettre de ne laisser aucun résidus dans l’appareil digestif le jour de l’endoscopie, de manière à y voir totalement clair. L’espace de quelques jours seulement, nous sommes donc amenés à modifier notre alimentation pour une durée aussi restreinte que ponctuelle. Malgré tout, le retour à une nourriture dite « normale » doit se faire progressivement et avec précaution, l’organisme détestant les changements brutaux.

Dans le cas de maladies auto-immunes de l’intestin, comme la maladie de Crohn ou la RCH (Rectocolite Hemorragique), le régime sans résidus est prescrit lors des périodes de « poussée », de crise, de ces maladies chroniques. A ce moment-là, lorsque l’intestin est à vif, très irrité, le régime doit être draconien. Plus de fibres ! Mais, concrètement, en quoi consiste-t-il ?

pampa23c

Plus de fruits, plus de légumes, semble être un excellent résumé. Voilà pourquoi nous disions que les personnes dites « vegan » qui se découvriraient porteuses de ces maladies seraient dans l’obligation de remiser leurs idéaux au placard pour se soigner. Car il s’agit bien d’un régime médical, censé apaiser les organes blessés. Plus aucune nourriture acide, pimentée, épicée, relevée, grasse n’est tolérée, mais au contraire seulement des aliments neutres et qui ne provoqueront pas d’irritation. Riz, pâtes et semoule sont les grands vainqueurs de ce gigantesque tri éliminatoire. Disqualifiés le chocolat, la charcuterie, les poissons gras, les condiments et les sauces, les fromages frais et le bon pain chaud, tout ce qui fait le bonheur de nos papilles. Restent en compétition les oeufs et les viandes maigres, à cuire sans graissage. L’huile d’olive crue et le beurre sont repêchés de justesse, de même que les fromages à pâte cuite et les biscottes.

Le régime sans résidu peut être suivi pendant des jours, voire de longues semaines et la pauvreté des saveurs ainsi que la monotonie des menus (semoule et poisson à la vapeur, pâtes et poulet en papillote, riz et… plus rien pour l’accompagner tant les interdictions sont strictes), sont susceptibles de faire sombrer le convive dans un état flirtant de loin ou de près avec la dépression ou l’anorexie. Souvent, les repas sont pris avec un livre ou devant la télévision pour oublier que l’on mange la même chose qu’hier et la même chose que demain, que le frigo et les placards regorgent de produits prohibés et qu’on en a encore pour un certain temps. Il faut donc bien du courage et de l’abnégation pour suivre fidèlement ce chemin, sans aucun écart ou si peu, et une dose incommensurable de patience en attendant que l’intestin souffrant daigne cicatriser…

pampa23a

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s