La yoga thérapie

Des semaines que je n’ai plus pratiqué régulièrement le yoga. Peut-être parce que je vais mieux. Il faut dire que pendant plusieurs mois, le yoga a été mon compagnon de route de tous les jours. Vingt minutes quotidiennes, si elles ne m’ont pas guérie, ont amplement aidé à alléger mes douleurs physiques, à pardonner à ce corps qui ne fonctionne pas toujours très bien, à me sentir active face à la maladie. Et ce n’est pas un hasard. Le yoga est à lui seul une médecine complémentaire. Depuis des siècles et des siècles, les orientaux le pratiquent pour maintenir un équilibre salutaire dans leur corps, permettre aux énergies de circuler et d’être ce que l’on appelle « en forme ». Malgré une longue histoire, la pratique du yoga subit encore aujourd’hui les préjugés. Lorsque le médecin me demande : « Avez-vous toujours des douleurs ? » et que je lui réponds :  « Beaucoup moins depuis que je fais du yoga. » Il sourit et me rétorque : « Sinon, il y a aussi le paracétamol ! ». Difficile de faire admettre aux généralistes et aux spécialistes pragmatiques, pour qui un mal est égal à un remède, qu’une activité physique exotique peut atténuer les douleurs d’une affection chronique. Et pourtant, le yoga n’a-t-il pas fait ses preuves depuis des lustres ? Outre la vague d’ouverture de cours de yoga plus ou moins fumeux dans les années 70, une épidémie yogi sévit aujourd’hui dans la France entière. Elle est à mettre en relation avec le rejet de la surconsommation, la prise de conscience des dangers qui menacent notre planète et la naissance d’une conscience collective écologique et solidaire. Ayant fait une pause dans l’activité, c’est par le manque que se traduisent les bienfaits. Je m’explique. Nous sommes à la fin de l’été. Soudain, après la montagne, après l’océan pourtant, une lourdeur dans le dos m’interpelle. Les symptômes sont légion : je suis molle, raide, bancale, je boude, l’envie de bouger me taraude et me rend nerveuse. L’ordonnance que je m’auto rédige est claire et sans appel : déplier le tapis de yoga et m’y remettre de toute urgence. Vingt minutes plus tard, le verdict est lui aussi sans appel : j’ai perdu de la souplesse, de l’équilibre et pas mal de muscles.

Attention cependant, nous le répétons, le yoga n’est pas vraiment un sport. Outre qu’il permette de se muscler et de gagner en souplesse, il possède un nombre délirant de postures qui, chacune, correspond à un « soin » interne. Certaines pour le dos, d’autres pour le ventre, la circulation, les maux de tête, la respiration, la gestion des émotions, la confiance en soi et j’en passe. Le physique allié au mental dans une alchimie indescriptible. Le spécialiste de la yoga thérapie en France est sans aucun doute Lionel Coudron, médecin de formation (comme quoi, les deux médecines peuvent s’entendre et faire alliance) qui explique parfaitement tout cela dans ses livres. De manière pragmatique et pratique. Rien de religieux, de sectaire ou de farfelu là-dedans. J’ai la chance de pratiquer le yoga guidée par une amie qui a été formée par Lionel Coudron et de pouvoir témoigner des bienfaits de la yoga thérapie. Et comme j’ai enfin compris que demain n’existait pas, ce n’est pas aux calendes grecques que j’ai remis ma reprise. Dès ce soir je peux dire : aujourd’hui, je m’y suis mise !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s