La chasse à l’humidité

Avant que le beau temps ne s’installe sur la Pampa, le ciel a beaucoup pleuré. Il a plu, énormément, souvent, jusqu’à former une véritable rivière temporaire sur la route. Jusqu’à faire goutter le plafond. Jusqu’à faire ressembler l’atmosphère à celle d’une zone tropicale : chaude, humide. L’humidité s’est infiltrée partout, dans les murs, dans les meubles et jusque dans nos os. Nous-mêmes, nous étions des animaux équatoriaux, des extraits de selva. Nous avions chaud, tout en ayant froid. Les vêtements dans les tiroirs étaient poisseux, comme s’ils avaient mal séché. Les draps transpiraient avant même d’avoir été utilisés. Les absorbeurs d’humidité se remplissaient à vue d’œil de liquide bleu. Rien n’y faisait. La maison avait besoin d’air.

P1000843

Dès que ciel est redevenu limpide, toutes les fenêtres ont été ouvertes. Reprendre haleine, permettre à la maison de respirer, aux murs de sécher. Mais en ouvrant les armoires, en sortant le linge, la surprise n’a pas été bonne : à l’étage du bas, les draps et les taies d’oreillers étaient mouchetés d’une multitude de taches orange, une pluie de rouille s’était abattue sur le coton blanc. Trouver des solutions relevait de l’urgence.

 

D’abord, il a fallut tout sortir, tout évacuer et faire prendre l’air à la totalité du linge atteint. Après une journée passée au jardin, certaines pièces ont pu être repliées et mises de côté. Pour les autres, un bain de plusieurs heures dans le vinaigre et le bicarbonate, suivi d’un lavage à 60° a permis d’atténuer, voire de faire disparaître les taches de rouille. Une séance de repassage digne de ce nom – c’était long… – et les draps étaient prêts à réintégrer les placards. Cependant, quelques mesures de précaution ont dû être prises afin de ne pas renouveler la mauvaise expérience. D’abord, recouvrir le fond des tiroirs et le bas de l’armoire avec du papier cadeau. Ensuite, confectionner de petits sacs de riz – ici, avec des sous-taies d’oreiller à la matière aérée chipées dans un hôtel, mais on peut aussi recycler le tulle des dragées de la communion – et les disposer aux endroits stratégiques. Et puis, prier pour que ces mesures soient efficaces et durables, pour ne pas avoir à tout recommencer ou à changer les meubles faute d’amélioration…

Et vous, vous faites comment pour chasser l’humidité ?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s