Comment alléger sa charge mentale

Cet article s’adresse en particulier aux femmes, mais il semblerait que les papas célibataires ou qui s’occupent beaucoup de leurs enfants tandis que maman s’éclate dans un boulot passionnant ne soient pas épargnés par le sujet. La charge mentale, on en parle de plus en plus dans la presse, c’est cette quantité de réflexions qui nous envahissent le cerveau et polluent notre paix intérieure : qu’est-ce qu’on mange ce soir ? est-ce que j’ai le temps de faire une lessive ? quand vais-je aller faire les courses ? ai-je bien pris le rendez-vous chez l’ophtalmo pour le petit dernier ? On l’a bien compris, la charge mentale ne concerne pas nos rêves ou autres pensées légères mais bel et bien le quotidien, la routine, les basses tâches ménagères, l’organisation familiale. Quand on dit que cela concerne surtout les femmes, ce n’est pas par une sorte de sexisme inversé ou par revendication déplacée d’un statut de victime. C’est parce qu’il s’agit d’un héritage historique et culturel : de tous temps et dans la majorité des cultures, on a toujours demandé à la femme de s’occuper de tout, dans l’ombre et, par la même occasion, de le faire dans un souci de perfection. D’où la pression qui en découle ; d’où la culpabilisation si l’objectif n’est pas atteint ; d’où la tendance à ne pas demander d’aide et à tout faire seule. Lourde, cette charge mentale. Lourde sur les épaules, lourde de fatigue. Elle pèse sur l’existence en ce qu’elle nous empêche de prendre le temps de nous occuper de nous. Pourtant, il ne faut pas chercher le remède très loin. Comme souvent, la solution est en nous.

charge 3

Pourquoi alléger sa charge mentale ?

Est-ce qu’on se rend bien compte que le fait de vouloir tout contrôler, l’insatisfaction permanente de ne pas atteindre la perfection et le sentiment continu du devoir non accompli nous pourrit la vie ? Nous voilà centrées sur le ménage, la cuisine, remplir le frigo… et jamais sur les choses essentielles. Contrôler que l’enfant ne fasse pas de tâches en mangeant pour ne pas avoir à nettoyer, pester contre les miettes de pain sur le carrelage, se précipiter sur la vaisselle en rentrant du travail, tout ces mauvais réflexes nous empêchent par exemple de voir que, pour une fois, le petit a fini son assiette ; d’entendre la bonne blague que son grand frère vient de sortir ; de sourire à notre conjoint qui ne demande qu’une minute d’attention pour sentir qu’il rentre dans un foyer apaisé. Surtout, ces tendances à la maniaquerie nous stressent, nous mettent en échec, nous tendent, nous rendent malades pour des broutilles. Honnêtement, il n’est pas si grave d’entendre le craquement d’un morceau de biscotte sous nos chaussons. Il est plus dangereux de ne plus entendre notre petite voix intérieure qui nous dit « prends soin de toi ». Et puis, être une ayatollah de l’organisation, du rangement et de la propreté, ce n’est pas être attentifs aux siens, c’est les fliquer. Une femme épanouie n’est pas une parfaite mère au foyer : c’est une femme réalisée. Planifier le remplissage du frigo et les heures de repassage vous épanouit-il vraiment ?

charge 4

Comment alléger sa charge mentale ?

On en fait une montagne, mais rien n’est plus simple que d’alléger sa charge mentale. Voici quelques points essentiels faciles à mettre en pratique et qui pourraient bien vous changer la vie.

  • Faire des listes – On en a déjà parlé précédemment, ce procédé est un véritable outil miracle. Faire la liste des menus de la semaine, puis dresser celles des courses à acheter en conséquence ne prend que quelques minutes et évite de se poser chaque matin la question « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». Une libération.
  • Suivre son humeur – Fini la planification des choses à faire à la maison. On fait ce qu’on a le temps de faire dans le temps que l’on a et selon notre humeur. Si on a cinq minutes, vingt minutes ou une heure, peu importe, l’essentiel est de ne pas se fixer d’objectif et d’être active tout en étant détendue, sans se mettre de pression quant à un éventuel résultat attendu. Vous verrez que, de cette manière, on se surprend à faire plus de choses qu’avant.
  • Rendre les enfants autonomes – Il faudra bien un jour qu’ils se débrouillent tout seuls ! Débarrasser la table, plier son linge, ranger les courses, leur apprendre à aider sont autant de choses qui libèrent du temps à la personne qui n’a plus à s’embêter avec cela.
  • Laisser faire – Solliciter les autres, c’est aussi accepter qu’ils ne fassent pas exactement comme nous et, pour autant, ne pas les condamner, apprendre au contraire à respecter ce qu’ils font pour aider. Lâcher prise et juste remercier. Peu importe si ce n’est ni parfait, ni dans nos principes, cela a le mérite d’être fait.
  • Faire du sport – Non, contrairement à ce que certains journaux ont dit récemment, le ménage n’est pas une activité physique qui nous permet de dépenser des calories intelligemment. Pardon, mais le ménage, c’est chiant ! Notre besoin de bouger, nos stress accumulés, notre envie de liberté et de bien-être, c’est par le sport qu’il faut y répondre. Quelques minutes par jour suffisent à déconnecter et, par la suite, à avoir les idées plus claires. C’est alors un supplément de joie qui nous envahit et nous fait prendre la vie de façon plus légère.
  • Se déculpabiliser – Tant pis s’il y a des toiles d’araignées. Tant pis si on mange des pâtes deux fois de suite. Tant pis si cette chemise n’est pas repassée. Tant pis si je n’ai pas fait aujourd’hui tout ce que j’aurais eu le temps de faire parce que j’ai à la place décidé de prendre un bain, d’écouter de la musique ou de regarder la pluie tomber sur le jardin. Tant pis… et même tant mieux. Tant mieux parce que je me suis accordée du temps, parce que j’ai levé le nez sur le monde, parce que j’ai plus souri, parce que j’ai été moi.

charge 1

 

Commencer aujourd’hui !

Aujourd’hui, maintenant, dès que vous avez terminé la lecture de cet article, c’est exactement le bon moment pour changer. Psychologies magazine propose un très bon test pour évaluer sa charge mentale et essayer d’y remédier. Cela peut être un excellent point de départ. Ensuite, de nombreux blogs, articles de presse, dessins, évoquent le sujet et peuvent appuyer votre folle envie de vivre pleinement et de vous libérer la tête de cette charge. Personne ne vous en voudra. Au contraire. Votre entourage vous trouvera plus sereine, plus épanouie, plus belle. Méprisez l’aspirateur : vous deviendrez une diva !

Publicités

Une réflexion sur “Comment alléger sa charge mentale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s