Du grabuge dans le faux plafond

La nuit est tombée. Il fait un peu frais dehors, sans plus. L’automne est arrivé et le vent se lève parfois. L’époque de l’année où l’on a envie de se pelotonner sous la couette, de paresser devant la cheminée avec une tasse de thé brûlant entre les mains. Les pays du nord, paraît-il, sont spécialistes de cet état d’esprit. A la Pampa, les animaux aussi, ont besoin d’un cocon à l’abri des intempéries.

mur3

 

Ce soir-là, donc, les habitants de la Pampa sont déjà endormis ou tranquillement en train de lire un roman passionnant. Non, en vrai, ils regardent à la télévision une émission consacrée à la maison, l’architecture et la décoration sur une chaîne publique. Soudain, à l’étage, on entend un bruit. Tiens, les dormeurs ne dorment-ils donc pas ? Se relèvent-ils pour une raison ou pour une autre ? Ou bien ont-ils fait tomber un objet sur le plancher ? Ces hypothèses sont plus que plausibles. Dans un premier temps, on ne panique pas. Seulement, le bruit recommence et se poursuit de plus belle. On baisse le son de la télévision (on met l’émission sur « pause » pour ne rien manquer). Souffle coupé. Allez, je le reconnais : quand je dis « on », il faut comprendre « je », puisqu’il s’agit de moi. En bonne trouillarde, grande scénariste de films catastrophe, j’arrête de respirer. Des cambrioleurs ? Une intrusion ? Des gens normalement équilibrés ne se seraient pas autant affolés. Moi, si. J’imagine le pire. Un monstre. Les extraterrestres. Une attaque terroriste. Voilà ce qu’il se passe quand on a trop d’imagination. N’écoutant que mon courage (en fait, ce n’est pas grand-chose, mais si l’on considère les drames envisagés, du courage, il en faut pour affronter tout cela), je monte l’escalier. Je localise le bruit dans le faux plafond, juste derrière la grosse poutre.

mur1

Je passe une soirée compliquée. Un début de nuit angoissant. Le lendemain soir, le bruit recommence. Cette fois, c’est le film mental que je mets sur stop, non mais ! Internet est souvent notre meilleur allié pour percer les grands mystères de la vie. Je tapote sur mon clavier d’ordinateur. « Grabuge dans le faux plafond ». Apparaissent les mots « rongeur », « fouine », « loir », « rat », « écureuil ». Je me figure ma maison grignotée de part et d’autre par de petites dents besogneuses et déterminées. Ma maison qui devient bancale, rongée à la base. Ma maison qui s’écroule. Ah non ! Certainement pas ! Sur la toile, on peut lire tout et son contraire. Que c’est très embêtant. Que ce n’est rien. A nous de choisir dans quel mesure on décide de s’inquiéter. Et puis, au fil des jours, le bruit s’estompe et disparaît. Pendant plusieurs semaines, c’est le silence.

mur2

Hier soir, rebelote. Revoilà « l’animal » qui fait des siennes là-haut. Et vas-y que je gratte, que je saute, que je fais tomber je ne sais quoi mais qui fait du bruit. Un vrai déménagement ! Or, le sang froid ayant fini par couler dans mes veines, cette fois, je n’ai pas peur (comme quoi, tout arrive et un jour, alors qu’on ne s’y attendait plus, on grandit). Les habitants de l’étage, eux, se demandent bien ce qu’il se passe ! « Pas d’inquiétude ! », me répond la dame au téléphone. Oui, j’avoue, j’ai l’espace d’un instant songé à éliminer le problème par la force ou le poison. Je n’en suis pas très fière. En fait, là-haut, sous le plafond, il n’y a rien à dégrader. Pas de fils électriques, pas de mobilier Louis XVIII ni de réserves de petit bois. Je me résous à en rire, à accepter qu’un nouvel habitant vienne loger chez moi cet hiver. Au fond, lui aussi, il a peut-être envie d’un feu de cheminée et d’un thé chaud ? S’il n’était pas si peureux, on pourrait le lui proposer ! Et puis, c’est peut-être Nono, le petit écureuil qui vient planquer ses noisettes (ce qui expliquerait ce son d’objets jetés par terre). Cela m’aurait beaucoup attristée de l’empoisonner…

mur5

Et vous, avez-vous déjà eu du grabuge dans vos faux plafonds ? Quelle attitude avez-vous adoptée ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s