Une médecine complémentaire : le voyage

C’est d’ailleurs presque de la médecine préventive que d’entreprendre ce genre de voyage. Attention, on ne parle pas de voyage touristique pour voir de belles choses, prendre des photos et rapporter quelques jolis souvenirs. On parle de voyage initiatique, de déplacement en tant que quête et, par la force des choses, de voyage intérieur. Deux … Lire la suite Une médecine complémentaire : le voyage

Le corps

Il fallait qu’on parle du corps. Il fallait qu’on parle de ce véhicule pas toujours en excellent état et qui a parfois du mal à passer le contrôle technique, de ce reflet parfois décevant que nous renvoie le miroir, de cette enveloppe de nous qui nous enferme et nous rend libre à la fois. Le … Lire la suite Le corps

L’art est une thérapie

Le tour des médecines complémentaires n’est jamais terminé. Après avoir testé le kinésiologue et avoir pris peur, validé à vie l’acupuncture, plébiscité le coiffeur, après m’être intéressée à la médecine chinoise, laissée impressionner par les vertus de la micro kiné et avoir pratiqué quotidiennement le yoga, on aurait pu se dire que ma liste était … Lire la suite L’art est une thérapie

Avant, je me cognais partout. Ou l’importance de la présence à soi

Il y a des moments dans la vie où c’est la grande bousculade, où nous pensons à des tas de choses à la fois, le cerveau embrumé dans un flou qui n’a pourtant rien d’artistique. C’est comme si nos idées étaient balayées dans un tourbillon, telles des feuilles mortes à l’automne prise dans un coup … Lire la suite Avant, je me cognais partout. Ou l’importance de la présence à soi

La yoga thérapie

Des semaines que je n’ai plus pratiqué régulièrement le yoga. Peut-être parce que je vais mieux. Il faut dire que pendant plusieurs mois, le yoga a été mon compagnon de route de tous les jours. Vingt minutes quotidiennes, si elles ne m’ont pas guérie, ont amplement aidé à alléger mes douleurs physiques, à pardonner à … Lire la suite La yoga thérapie

Parlons maquillage

Parlons maquillage. Quand on en a besoin. La plupart du temps, on se farde alors que notre peau n’est pas si détestable que cela à regarder, que les défauts n’y sont pas omniprésents et que l’inconfort visuel ne provient que de notre insatisfaction narcissique. Ce n’est que lorsque l’on a de vraies anomalies à dissimuler … Lire la suite Parlons maquillage